EN NEWS 

Membre de l’APCE: Les nationalistes arméniens représentent un danger pour la paix au Haut-Karabakh

Jérôme Lambert

Jérôme Lambert

Membre de APCE: Les nationalistes arméniens représentent un danger pour la paix au Haut-Karabakh

PARIS, FRANCE, December 23, 2020 /EINPresswire.com/ — “Nous savons que des arméniens manifestent dans leur pays contre ce cessez-le-feu, et que cette position s’exprime en France parmi des individus qui soutiennent la cause des nationalistes arméniens”, a déclaré Jérôme Lambert, député de l’Assemblée nationale, dans une interview exclusive accordée à Caucase de France.

Voici les citations clés de son entretien:
“Le gouvernement français respecte le droit international et les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a lui même indiqué que le Haut Karabakh était un territoire qui faisait partie de l’Azerbaïdjan. La reconnaissance d’une “république indépendante” ne serait pas conforme au droit international. Les souhaits exprimés par des sénateurs et des députés, en l’absence de débat à l’Assemblée Nationale, n’entraîneront aucune conséquence vis à vis de la diplomatie française”.

“Certains français qui revendiquaient des liens avec l’Arménie ont conduit une guerre de l’information en France, afin que tous les médias et tous les responsables politiques adoptent le seul point de vue de l’Arménie. Tous ceux qui étaient attachés à la position diplomatique de la France et qui étaient respectueux des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, ont été la cible d’insultes et de menaces afin de les dissuader de s’exprimer librement. Des individus au comportement violent, s’exprimaient sur les réseaux sociaux de façon délictueuse, proférant des insultes et des menaces afin que seul le point de vue de l’Arménie puisse être pris en compte”.

“Une large partie des missions dévolues au Groupe de Minsk ont été dépassées après le cessez-le-feu conclu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, avec le retrait des forces arméniennes de la quasi-totalité des territoires qu’elles occupaient. Le retrait qui devait être négocié, est maintenant effectif. Reste à bâtir une paix durable et à considérer la petite partie du Haut-Karabakh qui est restée entre les mains des forces arméniennes. C’est en cela que le groupe de Minsk doit apporter son concours aux arméniens et aux azéris”.

La question de la reconnaissance d’une république indépendante dans le Haut-Karabakh ne se pose pas pour les autorités françaises ni d’ailleurs pour la communauté internationale qui respecte le droit international, défini par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nos relations avec l’Azerbaïdjan doivent continuer de prospérer, ainsi que nos relations avec l’Arménie. La France est l’amie de ces deux peuples. C’est la voie que nous avons choisie il y a déjà longtemps et nous ne devons pas en choisir une autre”.

Texte intégral de l’entretien.

Caucase de France
CDF
info@caucasefrance.com
Visit us on social media:
Twitter

Related posts

Leave a Comment